Les carnets noirs des centres fermés

19 février 2010

Le nouveau Carnet Noir est arrive !

Revue d’information sur les politiques d’immigration

.

CARNET NOIR DES CENTRES FERMES

N°6

.

(Telecharger ici ; http://files.me.com/a.clairembourg/x3ub5k )

.

Carnet_6_page_de_garde

.

A l’heure où des milliers de gens luttent pour leur survie, où d’autres, à des milliers de km, se mobilisent pour leur venir en aide, les grandes puissances mènent une lutte acharnée pour savoir qui arrivera sur place en premier et récoltera ainsi les meilleures parts du gâteau.

A l’heure où certains font preuve de courage et d’humanité, d’autres font des annonces tonitruantes : « nous suspendons les rapatriements d’Haïtiens en situation irrégulière »

.

Quel courage ! Quel humanisme ! « Suspendre » et non pas « supprimer » ! Comme si une personne sensée aurait l’idée, aujourd’hui, de renvoyer quelqu’un dans cet enfer ! Et en faire un communiqué officiel, quelle information sensationnelle, Monsieur Besson !

.

Depuis le début de cette semaine on ne parle que d’Haïti et de lui apporter de l’aide mais où étaient toutes ces mêmes âmes charitables quand il y a une semaine, un mois, deux ans, l’île crevait déjà de faim ?

« 1700 milliards ont été débloqués en 3h30 pour sauver les banques, alors que 31 milliards étalés sur 5 ans auraient mis fin à la faim dans le monde. » « Dans le monde un enfant de moins de deux ans meurt toutes les 5 secondes de maladie ou de faim. » J. Ziegler[1].

.

Aujourd’hui tous les yeux sont tournés vers la catastrophe haïtienne, comme voici 5 ans vers la Thaïlande. Un seul numéro pour les dons, des appels dans les écoles pour des récoltes de vivres et de vêtements, une couverture médiatique exceptionnelle, des témoignages, …

D’accord c’est indéniablement une tragédie… Une de plus dans ce monde de fous ! Mais je m’étonnerai toujours de la capacité des gens à s’émouvoir de situations du bout du monde, loin de leur vécu et qui ne voient pas que, dans la gare où ils transitent chaque jour, des familles dorment à même le sol !

.

Chez nous prêt de 1800 personnes, dont des familles avec enfants, ont été renvoyées par FEDASIL et se retrouvent à la rue. Officiellement par manque de moyens et de place. En 2000, près de 45mil demandes d’asile ont été enregistrées et pourtant personne n’était à la rue. Aujourd’hui on ne compte qu’environ 15mil demandes et des gens sont dehors…

Où sont passés les millions octroyés pour l’accueil de ces réfugiés ? Veut-on créer de toute piece une impression de débordement ? C’est réussi… !

.

Aujourd’hui l’aide humanitaire belge est partie pour Haïti, Charles Michel affirme que la Belgique participera au développement du pays mais les avions qui décollent de chez nous ne sont pas tous chargés de vivres et de matériel, certains continuent à expulser des Afghans, des Iraquiens et des Palestiniens. Il me semblait pourtant que ces pays étaient en guerre et subissaient, eux aussi, une tragédie humaine et humanitaire…

.

Tiens, j’ai vu passer sur internet que le gouvernement cherche un nouveau directeur adjoint pour le centre fermé de Vottem (Liège). Il faut croire qu’enfermer et expulser des étrangers génère des emplois… je serais même tenté de dire : « luttons contre la crise économique, expulsons tout les étrangers ! ».

.

Oscar Flores


[1] Sociologue et écrivain suisse, rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation.

Posté par carnet noir à 13:50 - Commentaires [0]
09 novembre 2009

Carnet 5...

« Les carnets noirs des centres fermés en Belgique »

parution n° 5 - 6 novembre 2009

 

  TELECHARGE ICI - http://files.me.com/a.clairembourg/kd71vf

.

Ce carnet, réalisé de façon informelle par des citoyens belges de tous bords, se veut être autre chose qu’un simple dossier impersonnel de plus sur la dénonciation des centres fermés.

.

Il s’est imposé comme une évidence suite aux visites que ces bénévoles ont réalisés spontanément dans les centres fermés.

.

Si leur connaissance sur l’immigration et les conditions entourant ces centres se limite aux informations communément véhiculées par les médias, les rencontres et les témoignages recueillis les ont amenés à une prise de conscience profonde et un besoin réel de compréhension.

.

Ensemble, ils ont donc effectué des recherches qui les ont conduits à l’élaboration de ce document. 

.

Celui-ci participera, espérons-le, à la mise au jour de la situation présente en actualisant les informations concernant l’immigration, la régularisation et les détentions en centres fermés ainsi que les conséquences de la politique d’immigration actuellement menée. 

.

Contrairement à d’autres documents traitant de ce sujet, nous ne demandons aucune amélioration des conditions de détention ni d’aménagement quelconque.

.

En vertu de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et suite aux quatre condamnations de la Belgique par la Cour Européenne,  nous réclamons la suppression des centres de détention pour étrangers. 

 

La démocratie s’use si l’on ne s’en sert pas…

 

 

(Crer)

 

 

Posté par carnet noir à 18:19 - Commentaires [0]